2 – Le cahier des charges

Bonjour à toutes et tous, voici mon deuxième billet qui renseigne sur le cahier des charges du garde-temps.

Robert Greubel, Philippe Dufour, Stephen Forsey et Michel Boulanger ont établi ensemble les caractéristiques principales du garde-temps à réaliser. Les voici maintenant finalisées et je vous les offre en primeur :

  1. Michel devra réaliser une montre-bracelet de forme ronde, très épurée comportant un mouvement trois aiguilles à remontage manuel, la couronne étant positionnée à 3h00.
  2. L’architecture se voudra très « mécanique horlogère », s’inscrivant dans la grande tradition des horlogers du XIXe s. tels que Jacques-Frédéric Houriet ou Abraham-Louis Breguet.
  3. Ce garde-temps sera doté d’un mécanisme à  tourbillon, complication de référence nécessitant d’excellentes compétences horlogères pour être réalisée à la main.
  4. Ce tourbillon sera du plus grand diamètre possible pour rendre un véritable hommage visuel à cette complication.
  5. Il n’y aura pas un cadran central, mais un petit cadran déporté qui supportera les heures et minutes et un autre qui indiquera la petite seconde. De cette manière, la partie mécanique devrait être visible au maximum.
  6. La finition de chaque élément du garde-temps revêt une importance toute particulière, car c’est un poste important de la sauvegarde des techniques traditionnelles et ancestrales. A l’époque, les horlogers cherchaient à obtenir des pièces dont la bienfacture était parfaite sans pour autant intégrer la notion de décoration telle qu’on la pratique aujourd’hui.

Voilà qui augure une magnifique aventure tant le défi est élevé et nous permet de rêver à l’aspect qu’aura le garde-temps !

Bien à vous,

Nicolas Maillechort